Les Enquêtes du Sup – Présidentielles: Primaires écologistes, moment charnière ?

Primaires écologistes: moment charnière du mouvement ?

Une nouvelle enquête du Supplément Enragé consacrée aux futures primaires écologistes pour l’élection présidentielle française de 2022.

par Théophile Lazarus

À l’aune des primaires écologistes, qui se tiendront les 16 et 28 septembre 2021, il est intéressant de se pencher sur les mouvances au sein de ce parti qui pèse dans la balance à une époque où sa thématique fondatrice, l’écologie, s’affirme comme le principal sujet de débats.

Le principe des primaires

Ce que l’on appelle une « primaire » est une élection au sein d’un parti ou d’un regroupement de plusieurs partis afin de déterminer le ou la leader du mouvement en vue d’élections prochaines. Cela permet de faire émerger une ligne politique distincte au sein de groupes parfois relativement hétérogènes, et de laisser place à l’expression des adhérents plutôt qu’aux logiques politiciennes.

Il existe plusieurs manières d’effectuer des primaires dans le monde. Par exemple, aux ÉtatsUnis, le principe est obligatoire des niveaux locaux jusqu’au niveau national, ce qu’on voit particulièrement avant l’élection présidentielle avec la surmédiatisation des primaires – surtout démocrates ces dernières années, avec une opposition forte entre la politique défendue par Bernie Sanders, social-démocrate, et les plus libéraux comme Joe Biden – qui constituent un phénomène national à part entière et nécessite une organisation poussée. Le phénomène est tellement institutionnalisé que la législation de certains États permet à des citoyens non-adhérents d’un parti de choisir la primaire à laquelle ils souhaitent participer, ce que l’on appelle des primaires « semi-fermées », contrairement à d’autres méthodes plus traditionnelles, c’est-à-dire les primaires « fermées », où seuls les adhérents du ou des partis concernés peuvent voter, et les primaires « ouvertes », où tout citoyen peut s’investir.

En France, le concept des primaires sous la Vème République prend place plus tardivement. Le principal parti de droite, aujourd’hui nommé « Les Républicains », empli de l’héritage de Gaulliste, ne s’y est mis qu’en 2016 pour les présidentielles de 2017, y consacrant la victoire de F. Fillon, 3e aux présidentielles. Il y aurait pu en avoir une en 1994, mais le rapport de force entre les candidats de l’époque, E. Balladur et J. Chirac, s’est vite accru en faveur de ce dernier. Si la tradition démocratique est plus forte au PS, il a aussi fallu attendre un peu. La figure centrale de la gauche à l’époque, F. Mitterrand, jusqu’à son élection en 1981, faisait consensus au sein des différents mouvements de gauche pour que la question des primaires ne se pose pas.

Quant à elles, les primaires du parti Europe Écologie les Verts s’organisent via un système de parrainage : pour être candidat aux primaires écologistes, il faut un certain nombre de soutiens parmi les « conseillers fédéraux » d’EÉLV. En 2021, il faut 25 parrainages parmi les figures importantes du « pôle écologiste » qui rassemble un certain nombre de formations dites « écologistes ». Ensuite, moyennant 2€, n’importe quel citoyen de plus de 16 ans a le droit de voter, elle est ainsi dite « ouverte ».

Les oppositions au sein des écologistes lors de cette primaire

Les citoyens intéressés auront le choix entre 4 personnalités : Delphine Batho, député depuis 2013 et présidente de Génération Écologie ; Yannick Jadot, député européen depuis 2009 et figure prééminente d’EÉLV depuis 2014 ; Éric Piolle, homme politique ayant accumulé les débâcles dans son jeune âge et désormais maire de Grenoble depuis 2014 après son retour en politique, et Sandrine Rousseau, économiste et personnalité reconnue dans le monde universitaire et EÉLV.

Il y aurait pu y avoir un 5ème candidat en la personne de J-M Governatori qui prônait une politique plus centriste. Il avait jusqu’alors le soutien de la formation CAP21 (devenue Cap Écologie à partir de février 2021 suite une fusion de formations politiques) de Corinne Lepage, ex-ministre et ex-député européenne, qui lui assurait de pouvoir participer. Cependant, la direction d’EÉLV a cette fois-ci renforcé les conditions de participation aux primaires du pôle écologiste pour les formations politiques en interdisant « toute expression publique désagréable à l’égard de la direction du parti EELV » et obligeant les participants à soutenir le vainqueur de l’élection primaire, d’après C. Lepage. De plus, sa formation aurait vu son statut changer pour la direction d’EÉLV. Lepage aurait répliqué être d’accord, à condition que les candidats signent un « engagement à défendre les valeurs républicaines et laïques », vues les sorties des différents candidats sur le sujet, notamment Éric Piolle, désigné comme participant trop hâtivement aux polémiques sur, par exemple, l’islamophobie présumée de professeurs à l’IEP de Grenoble ou sur le burkini. C. Lepage visait aussi S. Rousseau, soutenue par A. Coffin, dont le féminisme est accusé d’être plus misandre qu’autre chose.

Des conceptions écologistes qui s’opposent ?

Au-delà de ces considérations mineures par rapport au sujet qu’est l’écologie, si les 4 candidats retenus sont d’accord sur les fondements, donc sur la nécessité de faire de l’écologie un enjeu phare des politiques d’État, sur une opposition de principe à la figure d’un président absolu, et sur la recherche d’une égalité homme-femme, ils arrivent à être singuliers et se démarquer.

primaire écologiste yannick jadot
Yannick Jadot (Source: 20 minutes)

Y. Jadot, vainqueur de la primaire de 2017, au terme de laquelle il s’était allié au socialiste B. Hamon (6% aux présidentielles), et qui est représenté dans les sondages ainsi que dans l’espace médiatique favori, contrairement aux autres candidats moins visibles, reste dans une ligne libérale, malgré son opposition au niveau européen aux traités de libre-échange.

primaire écologiste delphine batho
Delphine Batho (Source: Wikipédia)

D. Batho revendique sa radicalité, malgré son passé plus légitimiste (ministre sous F. Hollande puis soutien de S. Royal), et affirme être la seule à « assumer la rupture avec le consumérisme et la société de consommation ». Adhérant au féminisme, mais rejetant le nouvel antiracisme aujourd’hui très critiqué, elle prétend tenir avec fermeté une ligne « républicaine ».

primaire écologiste sandrine rousseau
Sandrine Rousseau (Source: Wikipédia)

Elle se distingue ainsi de sa concurrente éco-féministe S. Rousseau, antilibérale qui prône un « revenu d’existence » financé par les taxes perçues sur le cannabis, qui serait alors légalisé.

primaire écologiste eric piolle
Eric Piolle (Source: Facebook)

Éric Piolle joue plus sur l’idée d’union du pôle écologiste sur le fondement de ses principes, cela semblant assez vague et peu porteur. À l’instar de S. Rousseau, il prône l’alliance avec La France Insoumise – sans qui la victoire en 2022 serait soi-disant impossible – sur la base d’un programme social et écologiste de rupture. Yannick Jadot semble de son côté privilégier l’alliance « classique » avec les socialistes du PS, pour incarner la force politique entre LFI et LREM. Cependant, le PS semble s’être légèrement distancié après les résultats encourageants, mais statistiquement et sociologiquement peut-être biaisés, des régionales et des départementales. Delphine Batho, fidèle à sa volonté d’être radicale, refuse la compromission et les vieilles logiques politiques, et argumente en faveur d’un discours authentique et clair, ce qui ne pourrait être le cas en s’alliant avec d’autres formations.

Perspectives : quels résultats pour 2022 ? Et après ?

Il ne serait pas ridicule de penser que ces primaires annoncent la couleur pour l’avenir du pôle écologiste et d’EÉLV, même après l’élection présidentielle. En effet, que ce soit au niveau du programme-même ou de la stratégie électorale, les 4 candidats ne semblent pas vraiment complémentaires, même si les objectifs sont similaires. Nous sommes à un tournant de la politique française, avec une multiplication des candidatures aux présidentiellesPCF, NPA, LO, LFI, les écologistes, le PS, LREM, Résistons !, l’UPR, LREM, la droite proche de LR, DLF, RN, Les Patriotes, É. Zemmour, et dernièrement A. Montebourg, soit au moins 16 candidatures possibles, tel qu’en 2002 (ayant vu Lionel Jospin, Premier Ministre en exercice se faire éliminer dès le premier tour au profit de Jean-Marie Le Pen, suite à une multiplication des candidatures à gauche, dont Jean-Pierre Chevènement et Christiane Taubira) – et une effervescence des oppositions au sein de tous les pans du monde politique. La ligne que prendra les écologistes s’avérera ainsi cruciale dans les rapports de force à venir.

Pour l’instant, le pôle écologiste, si représenté par Yannick Jadot, étant donné qu’il est souvent le seul écologiste à être présent dans les sondages, ferait un petit score d’entre 7 et 10% des voix aux présidentielles. Pourtant, les Verts ont gagné plusieurs grandes métropoles en 2020, ont obtenu de bons résultats aux Européennes de 2019 et ont eu des résultats convenables grâce à leurs alliances aux Régionales et Départementales. Ils occupent cependant un terrain partagé aussi par LFI, le PS, voire LREM. Le défi est de capter les électeurs d’autres partis, en plus de leur base électorale. Des alliances pourraient aussi advenir selon les résultats de la primaire, mais les sondages ne sont pas non plus en leur faveur dans ce cas-là. En effet, c’est la gauche entière qui semble faible à l’aune des campagnes présidentielles, tandis que le centre-droit libéral de LREM et le RN libéral-conservateur et populiste accaparent une grande partie des électeurs (presque 50% au premier tour), sans compter Les Républicains et assimilés, comme Xavier Bertrand, qui restent assez puissants.

Sources :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close